Anglais  > Vocabulaire  > Littérature Étrangère en Langue Étrangère - 2017 / 2018 square square square square square

1.Meeting The Other
Romeo and Juliet - Act II - Scene II - Vocabulary - Royal Shakespeare Company video of the scene - 
The play: video summary (Sparknotes) - Full text
Bilingual book : Romeo et Juliette, édition bilingue (français-anglais) Poche (new: around 7€ - second-hand: less than 1€)
Quiz on Shakespeare - Quiz on Romeo and Juliet - Facts on Shakespeare and the Elizabethan period -
Wuthering Heights - Chapter 9 - Vocabulary - Listen to the extract   - Chapter analysis: Sparknotes - Cliffsnotes -
Funeral Blues – W. H. Auden - 1938 - Vocabulary - Read or Listen to the poem -
Wikipedia article on the poem, on the poet. - Shmoop's detailed analysis

Bulletin officiel  n° 43 du 21 novembre 2013 

Baccalauréat général
Épreuves de langues applicables à la série L à compter de la session 2014 -

Fiche d'évaluation et de notation pour l'épreuve de littérature étrangère en langue étrangère -

Programme d'enseignement spécifique de littérature étrangère en langue étrangère au cycle terminal de la série littéraire
Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010 -

Entraînement à l'épreuve orale
Enregistrements audio d'élèves de Terminale L donnés en exemple par Eduscol 

Epreuve obligatoire de littérature étrangère en langue étrangère (série L : épreuve ponctuelle) :
- thématique du dossier : le personnage, ses figures et ses avatars ;
- durée de l’épreuve : 5 min de prise de parole en continu et 5 min d’échange avec l’examinateur.
Les enregistrements audio sélectionnés tentent de rendre compte de la variété des situations de la classe de langue.(Chaque élève est interrogée par son professeur qui joue le rôle de l’examinateur.)

Remarque préliminaire : Cette séquence sur les adaptations de Pride and Prejudice de Jane Austen a été mise en oeuvre dans un groupe de Terminale L au cours du premier trimestre de l’année scolaire 2012-2013. Les enregistrements attachés à ce fichier sont des simulations de l’épreuve d’expression orale du baccalauréat correspondant au cadrage du BO n°43 du 24-11-2011 et les dossiers présentés  par les élèves correspondent aux exigences de ce texte.

Ophélie Ambre Clémence
Ophélie pose très clairement la question de l’identité du personnage et de ses transferts dans différentes époques et différents genres. Elle se livre ensuite à une présentation de l’oeuvre originale, qu’elle replace rapidement dans l’environnement sociologique et littéraire du 19ème siècle. Elle mentionne une série de documents : la scène du bal dans Pride and Prejudice et dans Pride and Prejudice and Zombies, Death comes to Pemberley, Bride and Prejudice et Little Red Riding Hood. Cet exposé, qui prend soin d’éclairer la thématique, « Le personnage, ses figures et ses avatars», permet à Ophélie d’apporter une réponse à la problématique annoncée. Cependant, faute d’avoir organisé les documents en dossier réfléchi, le niveau de lecture demeure souvent trop factuel et l’analyse reste superficielle. Ophélie s’en tient à quelques idées fortes et ne s’appuie pas suffisamment sur des éléments précis pour étayer son propos. La phase d’interaction est maîtrisée. Ophélie prend part à l’échange de manière spontanée et sait exprimer son opinion. Ses réponses sont dans l’ensemble adaptées. Les questions posées par l’examinatrice l’invitent à approfondir certains aspects de son exposé tels que l’environnement littéraire de l’oeuvre originale, le style d’écriture, la réponse à la problématique de départ et le lien avec l’adaptation d’une autre oeuvre. D’une manière générale la candidate s’exprime avec aisance et dans une langue d’assez bonne tenue. La syntaxe et les schémas intonatifs de l’anglais sont maîtrisés et Ophélie est capable de se corriger la plupart du temps en répétant ou en reformulant des mots ou des segments de phrases problématiques. On notera tout de même un léger flottement sur l’utilisation des temps : Ophélie alterne entre le prétérit et le présent lorsqu’elle résume les oeuvres étudiées. La correction phonétique présente elle aussi des fragilités : réalisation erronée de nombreuses voyelles et diphtongues, prononciation francisée de certains mots transparents, présence aléatoire de quelques [s]. Cela ne gêne toutefois en rien la fluidité de la prise de parole. On notera que les erreurs en général sont plus nombreuses et le débit plus lent dans la seconde phase de l’épreuve, Ophélie étant sans doute moins à l’aise dans cet exercice. La candidate devra donc affiner la présentation de son dossier en respectant les impératifs de l’épreuve et approfondir son analyse. Elle devra également s’entrainer à l’échange et prendre garde à la cohérence des temps et à la phonologie. Elle pourra ainsi aborder sereinement l’épreuve du Baccalauréat. Ambre commence sa présentation par une introduction synthétique dans laquelle elle évoque brièvement les caractéristiques du roman étudié et justifie le choix de l’oeuvre originale. Elle inscrit sa réflexion dans le cadre de la thématique « Le personnage, ses figures et ses avatars» et pose clairement la problématique - ‘Could a fictional character exist out of his own story ?’. La candidate présente les trois textes qui constituent son dossier, mais ne mentionne pas de document complémentaire. Cependant, elle évoque en fin d’exposé le film Bridget Jones’s Diary : elle a donc bien respecté les consignes d’élaboration du dossier. Ambre analyse ses documents en créant des parallèles pertinents et en soulignant les points communs et les différences entre l’oeuvre originale et les adaptations, mais également entre les différentes adaptations. Elle développe un discours argumenté, guidé par la question posée en introduction et ne se contente pas d’une approche descriptive. Elle développe la comparaison entre les personnages, et aborde les questions du point de vue, du style et du genre, donnant ainsi un aperçu de sa capacité à analyser des textes littéraires. La durée de l’entretien étant limitée à cinq minutes, l’examinatrice choisit d’orienter les échanges sur certains items de la grille d’évaluation que la candidate n’a pas suffisamment pris en compte dans la première partie de l’épreuve. Ambre est ainsi amenée à commenter le processus d’identification qui s’opère entre le lecteur et le personnage principal d’Elizabeth et à préciser les choix de focalisation. La question sur l’ancrage dans le 19è siècle lui donne également l’occasion de faire référence au contexte de l’écriture du roman de Jane Austen et de mettre Pride and Prejudice et certaines de ses thématiques en lien avec les oeuvres d’autres femmes écrivains célèbres de cette époque. Ambre s’engage dans sa présentation et elle est très réactive pendant l’entretien : elle donne l’impression d’avoir fait une lecture réellement personnelle de l’oeuvre et de ses adaptations, et elle sait étayer son propos. Elle s’exprime dans une langue fluide, globalement correcte, malgré quelques maladresses syntaxiques et lexicales. La prononciation, si elle ne génère pas de difficulté de compréhension, pourrait gagner en authenticité, notamment grâce à un travail sur l’accent de phrase et sur la réalisation de certains sons : voyelles [i] / [i:], diphtongues [əʊ] ou consonnes [ʃ] ; [θ]. A ce stade de l’année, Ambre est donc à même d’exposer avec clarté une problématique et de décrire de façon précise les éléments constitutifs de son dossier en les mettant en perspective dans leur environnement littéraire. Afin de pouvoir mieux nuancer l’explicitation du sens et de l’intérêt des documents retenus et étoffer son jugement critique, elle devra toutefois chercher à étendre son registre lexical et les outils méthodologiques auxquels elle a recours. La présentation de Clémence a le mérite d’introduire efficacement la thématique, « Le personnage, ses figures et ses avatars», et de présenter rapidement les textes étudiés ainsi que sa propre adaptation de Pride and Prejudice, qui reflète une réception satisfaisante de l’oeuvre. La problématique est clairement définie : ‘Can a character live outside the book of his creator ?’. La candidate exploite intelligemment les cinq minutes qui lui sont accordées et apporte une réponse à la question posée au départ, justifiant systématiquement son point de vue en l’illustrant d’exemples sans se perdre dans les détails. Elle semble avoir pris plaisir à l’étude des adaptations du roman de Jane Austen qui ont été abordées en classe. Les similitudes et les différences sont correctement mises en valeur et son explication de la tâche finale prouve qu’elle en a saisi tout l’intérêt dans la perspective d’une étude d’un personnage et de ses avatars. La phase d’interaction est bien conduite par l’examinatrice qui veille à rebondir sur ce qui a été dit par la candidate sans verser dans un questionnement professoral. Les questions invitent l’élève à préciser certains propos de sa présentation, sa réponse à la problématique et son analyse. Les réponses sont suffisamment développées, construites, argumentées et étayées d’exemples qui attestent d’une bonne connaissance des extraits étudiés. La candidate fait preuve de spontanéité et montre qu’elle s’est bien approprié le contexte littéraire dans lequel s’inscrit l’oeuvre de Jane Austen (références pertinentes à George Eliot, aux soeurs Brontë). Elle s’implique et prend véritablement sa part dans l’échange. La candidate s’exprime dans une langue globalement correcte et fluide. En matière de phonologie, on pourra noter ses efforts pour respecter un schéma intonatif adéquat. Les erreurs sur le schéma accentuel des mots sont globalement rares. Les voyelles longues et brèves sont généralement correctement réalisées. Il en va de même de la plupart des diphtongues. Par contre le [h] aspiré n’est pas bien maîtrisé. Dans la deuxième partie, les erreurs sur des structures morphosyntaxiques simples sont plus fréquentes (absence de pluriel, construction des formes verbales, emploi des temps), mais elles ne nuisent pas à l’intelligibilité du discours. C’est surtout sur la richesse et la précision lexicale que la candidate devra faire porter ses efforts. En s’appropriant un vocabulaire plus adapté elle sera plus à même d’affiner ses arguments et d’approfondir son analyse. La présentation de Clémence témoigne d’un travail sérieux et d’une bonne connaissance du sujet. Le diagnostic établi lors de cette simulation d’évaluation permet de cerner les points de fragilité qui restent à consolider et d’orienter le travail de remédiation à effectuer. La candidate pourra ainsi parfaire sa prestation lors de l’épreuve du baccalauréat.